Portrait de la Finance Solidaire et Responsable

La finance autrement… socialement responsable

Avec des objectifs « extrafinanciers », la Finance Solidaire et Responsable a pour cible de réduire les écarts trop importants qui existent entre les préoccupations de la population envers les enjeux sociaux et environnementaux du développement ET les comportements d’entreprises uniquement axés sur la recherche de profit.

Les QUATRE grandes composantes des pratiques de la FSR


La finance solidaire
Développement socioéconomique │Promotion de l’économie sociale │Coopérative │Organisme à but non lucratif │Associations

Elle désigne le financement du développement économique communautaire et les entreprises d’économie sociale.  Gouvernée par les acteurs du milieu pour assurer la réalisation de ses objectifs, elle prend la forme de prêts à intérêt avec ou sans garanties, mais elle passe aussi par la reconstruction du capital social des communautés.

Le capital de développement
Création d’emploi │Développement local et régional │
Protection de l’environnement │Formation de travailleurs

Il utilise les instruments du capital de risque, mais il se distingue du capital de risque traditionnel par ses objectifs socio- économiques. Il n’occulte pas la préoccupation du rendement financier, mais suppose des arbitrages conséquents entre les dimensions économiques et sociales.


Les pratiques de tamisage
Respect des droits │Relations de travail │ Éthique│
Pratiques environnementales │Gouvernance

Dans le domaine du placement responsable, les pratiques de tamisage comprennent différentes approches : filtres négatifs (critères d’exclusion), filtres positifs (critères d’inclusion) et sélection des « meilleurs du secteur ».


Les analyses ESG
Environnement │Social│Gouvernance

Elles réfèrent aux pratiques de placement fondées sur l’analyse des risques extra financiers qui tiennent compte de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance. 

 Portrait 2016 de la finance responsable au Québec

Les résultats de l’étude confirment que plus d’argent et plus de capital issus du développement vont vers les entreprises d’économie sociale, notamment parce que ce type d’entreprise s’avère performant et assure des rendements. Globalement, l’investissement responsable a connu une croissance de 26 % depuis 2013 avec 14 milliards $ investis dans les projets des entreprises québécoises. La finance solidaire, avec ses 812 millions $ investis dans les entreprises d’économie sociale, a remarquablement progressé de 32% en seulement 3 ans. Le capital de développement, une forme de capital de risque à vocation socioéconomique, est passé de 10,5 G à 13,2 G$, soit une hausse de 26 %.

ÉTUDE 2016 COMPLÈTE

 

Portraits précédents

    

Portrait de la FSR au Qc 2010- Synthèse

Portrait 2007 de la FSR au Qc 2007 – Synthèse